Traitement par perfusion

La perfusion à domicile permet l’administration de médicaments (antibiotiques, immunoglobuline, antalgiques, morphiniques,apomorphine…) ou de sérum salé ou glucidique dans le cadre d’hydratation dans l’organisme du patient par injection lente et prolongée, continue ou discontinue.

 

Elle peut-être réalisée par voie veineuse (périphérique ou centrale), sous cutanée ou périnerveuse selon trois modes d’administration :

  • système actif (pompe ou pousse seringue)

  • diffuseur 

  • gravité

 

Avec le développement de l’ambulatoire, la perfusion à domicile s’inscrit dans un parcours de soins que l’arard s’attache à mettre en œuvre dans les conditions de sécurité et de confort optimales pour le patient avec des dispositifs d’administration et des sets de soins adaptés au traitement et au protocole prescrit.

La prise en charge d’un traitement par perfusion à domicile nécessite une collaboration étroite entre les différents partenaires de santé.

L’infirmier arard rencontre le patient dans l’établissement de santé avant sa sortie.

 

Dès le 1er jour, l’infirmier de l’arard assure la fourniture de l’ensemble du matériel sécurisé selon la prescription médicale ainsi que la vérification des bonnes pratiques et du respect des procédures de soins par l’infirmier libéral

  • Il évalue l’ensemble des besoins du patient afin de l’aider dans la gestion du quotidien 
  • Il dispense la formation et l’information du patient et de son entourage et donne la conduite à tenir en cas de complications.
  • Il assure la coordination du suivi du patient avec le médecin traitant, le médecin prescripteur et les acteurs de soins à domicile ainsi que la réalisation d’un compte rendu de visite qui est communiqué aux prescripteurs

La traçabilité des informations est portée sur le carnet de liaison du patient ainsi que dans le dossier informatisé du patient.

 

L’infirmier arard rencontre le patient à l’hôpital ou au domicile pour expliquer sa prise en charge à domicile, forme son infirmier libéral au matériel et consommables associés et lui relaie les protocoles de soins (hygiène et surveillance).

Il fait des retours systématiques au médecin préscripteur via des comptes rendus de visites du déroulé de la cure de perfusion et l’alerte en cas de difficultés.

Les traitements et prestations

Antibiothérapie
Chimiothérapie
Traitement de la douleur
Perfusion d’immunoglobuline
Traitement de la maladie de Parkinson

Traitement de la maladie de Parkinson

La maladie de Parkinson (perfusion d’apomorphine sous cutanée) est une maladie qui altère certains neurones engendrant ainsi une diminution significative de la production de dopamine, substance régulatrice du mouvement.

La perfusion en continue sous cutanée d’Apomorphine ou dopamino-agoniste permet d’améliorer significativement la régulation des mouvements du patient.

Elle se fait grâce à une pompe très spécifique que le patient, l’aidant ou son infirmier libéral branche le matin pour toute la journée.

Ce traitement est initié à l’hôpital par le neurologue afin d’équilibrer au mieux le patient avant sa sortie et l’éduquer.

L’infirmer de l’arard sera un vrai relais dans la transmission du protocole à domicile avec un suivi très régulier pour identifier toutes difficultés et pouvoir réajuster le traitement si nécessaire.

 

Perfusion d’immunoglobuline

Dans le cadre de déficit immunitaire primitif, la perfusion d’immunoglobuline est indiquée. La plupart du temps le traitement est prescrit par cures de perfusion intraveineuse ou sous cutanée, avec des pompes adaptées à la posologie prescrite.

Traitement de la douleur

Qu’elle soit aigue, chronique ou post-opératoire, la douleur peut être prise en charge en continue de l’hôpital à domicile.

La pca ou « patient controlled analgesia » est le traitement analgésique intraveineux le plus fréquent et la morphine est l’un des antalgiques les plus indiqués dans ce traitement. Il consiste à administrer en continue la morphine par une pompe avec la possibilité de bolus dont la quantité est directement contrôlée par le patient.

Dans le cadre de douleur aigue post-chirurgie orthopédique, la prise en charge analgésique peut être faite grâce à la perfusion en continue de Ropivacaine 2% à travers un cathéter périnerveux (placé à proximité des nerfs de la zone opérée) par diffuseur ou par pompe.

Quelle que soit la prise en charge, l’infirmier arard va coordonner la mise en place des dispositifs médicaux et consommables associés entre le médecin prescripteur et l’infirmier libéral du patient en charge des soins en lui relayant le protocole de surveillance et d’évaluation de la douleur.

Chimiothérapie

Dans le cas des traitements du cancer, la chimiothérapie initiée à l’hôpital peut être poursuivie en ville.

Le diffuseur ou la pompe d’administration pourront être apportés à l’hôpital par l’infirmier de l’arard pour le démarrage du traitement.

Ce matériel suivra le patient à son retour à domicile et l’infirmier de arard transmettra à l’infirmier libéral en charge du patient tout le protocole de surveillance et les dispositifs nécessaires au débranchement du système d’administration.

Dans certaines situations, une hydratation pré et post-chimiothérapie pourra aussi être coordonnée par notre infirmier pour sa bonne réalisation au domicile du patient.

Pompe à perfusion Diffuseur de perfusion

Antibiothérapie

Dans le cas des traitements d’infection d’origine bactérienne, le médecin peut avoir recours à une antibiothérapie par  voie veineuse.

Cette perfusion peut être réalisée en toute sécurité à domicile :

l’infirmier arard pourra conseiller le médecin prescripteur et l’infirmier libéral du patient sur les modalités d’administration en respectant les préconisations en vigueur de le LPP (pompe, diffuseur ou gravité) et en fonction de la posologie de l’antibiotique et sa durée d’administration.